RDC:La traque des rebelles ADF mérite une bonne planification

Article : RDC:La traque des rebelles ADF mérite une bonne planification
23 janvier 2014

RDC:La traque des rebelles ADF mérite une bonne planification

 

Centre ville de Butembo (crédit photo) Ganza Buroko
Centre ville de Butembo (crédit photo) Ganza Buroko

La RDC a lancé des opérations militaires contre les rebelles ougandais ADF regroupant des mouvements d’opposition au président Yoweri Museveni. Implanté dans la chaîne du Rwenzori en territoire de Beni au Nord-Kivu. Essentiellement composé d’islamistes, l’ADF est dirigé depuis 2007 par Jamil Mukulu, un chrétien converti à l’islam.

Jason stearns chercheur est auteur américain basé à Bukavu et Christoph Vogel analyste-chercheur indépendant sur des questions sécuritaires dans la région des Grands Lacs

L.Uwera: Quelle lecture vous faites en lien avec ces opérations ?

J.Stearns: La victoire contre le M23 ne devrait pas être un exemple à suivre pour les FARDC et la MONUSCO. D’abord cette victoire a été facilitée et bien préparé par des actions politiques. On a vu que le Rwanda a retiré son soutien la veille de cette offensive à cause de la pression diplomatique sur elle, et le M23 seul ne pouvait pas faire face à la MONUSCO et les FARDC. L’ADF et les FDLR sont très différent comme mouvements, n’ont pas des parrains similaire au niveau international et il est difficile de concevoir des actions diplomatique pareilles.
Deuxièmement, le M23 était un mouvement avec des ambitions politiques qui visait à gouverner la population et à contrôler des grandes villes. On ne peut pas dire la même chose pour l’ADF-Nalu, ni pour les FDLR. Ces deux groupes ne vont pas se battre sur la route ou pour le contrôle des villes. Au contraire, ils vont probablement se retirer en brousse pour faire la guérilla. Comme ils l’ont déjà démontré, Ils vont prendre en otage la population locale, l’utiliser comme bouclier humain et faire des massacres des civiles un levier contre la communauté internationale.

L.Uwera: La traque contre les rebelles ADF n’est-elle pas prématurée pour les FARDC sachant que la donne n’est pas la même que celle du M23, vu que c’est un mouvement très ancien avec des bases solides dans les chaînes du Rwenzori?

 Ch.Vogel: Des opérations contre les ADF seront certainement un défi pour les FARDC, surtout après l’assassinat du Colonel Mamadou Ndala, qui devrait être adéquatement remplacé en premier lieu. En dehors de cela, les ADF ont démontrés pendant les dernières années leur capacité de vite s’adapter à des dangers pour leur propre survie en tant qu’organisation militaire non-étatique, notamment par un mix de stratégies conventionnelles et non-conventionnelles.

L.Uwera: Récemment la Monusco dans sa conférence hebdomadaire elle a déclarée que ce groupe rebelle est très nuisible et que la situation sur terrain mérite une planification, bonne préparation et plus des renseignements pour les confronter. Quel est votre analyse ?

J.Stearns: La MONUSCO a raison : Pour la réussite des opérations contre ces deux groupes rebelles, il faudra une bonne planification et des bons renseignements. Mais il faut aller plus loin : il faudra des unités commando et bien des forces spéciales qui peuvent cibler chirurgicalement le système nerveux central, c’est à dire le haut commandement de ces groupes, pour éviter le plus des dégâts collatéraux contre les civiles. Est-ce que ces unités existent au sein des FARDC et de la MONUSCO ?
Pour les deux groupes il est important au même temps d’entamer discrètement des discussions avec des commandants ADF et FDLR qui n’ont pas des dossiers judiciaires au Congo ou bien à l’étranger. Pour les FDLR il est possible aussi d’envisager, par exemple, un tiers pays d’exile pour ce genre des commandants, pour encourager leur défection et la défaite de ces groupes.

L.Uwera: Pensez-vous que la MONUSCO et sa Brigade d’intervention sont prêtes pour éliminer le groupe négatif et s’engager dans les combats afin de mettre fin à ce mouvement ?

Ch.Vogel: En ce qui concerne l’ADF comme l’un des futurs objectifs de la brigade, il est à noter que le contingent tanzanien a récemment renforcé sa posture au niveau de Beni, précisément à Kamango. Des sources onusiennes par contre, indiquent que la partie de la brigade responsable pour les ADF ne serait pas encore prêt a entamer ces opérations a ce point, ceci est lier aussi a des impératifs politiques et opérationnels au sein de la MONUSCO en général.

L.Uwera: Les Forces armées congolaises sont déterminées à désarmer les rebelles ADF avec ou sans l’appui de la Monusco ont-elles les moyens possible ? Ne pourront-elles pas se retrouver dans un piège si quelques éléments de la rébellion défaite en novembre dernier, le M23 sont signalé dans la zone?

Ch.Vogel:Comme les préparatifs au sein de la brigade d’intervention de la MONUSCO semblent avoir besoin de plus de temps a ce point, les incidents sécuritaires des derniers mois, surtout dans la zone de Mbau et Kamango en territoire de Beni donnent raison à croire que cela ne sera pas une opération facile, étant donner les caractéristiques des ADF, notamment leur cohésion interne et mobilité. Des rapports ont signalé que les ADF se seraient partiellement déplacé vers le district de l’Ituri en province Orientale. En ce qui concerne le M23, les informations actuelles ne confirment ni un regroupement de ce mouvement sur le sol congolais (par contre, des premiers rapports avaient suggérés cela et doivent être confirmés) ni une collaboration entre eux et les miliciens de l’ADF. Si cela pourrait avoir lieu ou pas est il est difficile a deviner, mais au cas ou, cela serait certainement une alliance inattendue.

L.Uwera: Pourquoi l’armée semble-t-elle se précipiter dans ces opérations ?

Ch.Vogel:Etant donne l’impetus de la victoire contre le M23, le gouvernement congolais ainsi que les FARDC peuvent être intéressés de maintenir cet esprit et rapidement continuer à s’engager contre les différents groupes armes, notamment les ADF, FDLR, et d’autres. En même temps, nous vivons une période d’inquiétude au niveau national, provoqué par les incidents du 30 décembre dernier, ainsi que la mort du Colonel Mamadou puis les affrontements au Katanga. Vu que le gouvernement à finaliser son nouveau plan de DDR mais les bailleurs internationaux ne semblent pas encore avoir joint ce processus, il s’agit d’une décision tactique importante de choisir le bon moment pour continuer les opérations militaire. Trop tard, la dynamique créé dans les opérations anti-M23 serait éventuellement perdu, trop tôt, le risque de se retrouver avec des milliers de combattants démobilisés avant que le DDR devient opérationnel pourrait également créer des dégâts considérables.

Partagez

Commentaires

Nguru Wasingya
Répondre

L'existence des ADF/NALU en RDC serait un mythe?
La souffrance infligée injustement aux congolais , les kidnappings, les viols, assassinats, aucune personne d'une autre nationalité ne peut pas supporter. L'opération SOKOLA est urgente. Les fausses analyses des occidentaux , ou leurs complicités dans ce conflit armés qui en tirent de bénéficient, ils ne seront pas contents si la guerre est gagnée par les congolais. La paix est en Europe en Amérique, pourquoi deux continents sont ils divisés, déchirés, détruits? Oh ! Un africain ne mériterait pas cette souffrance. La RDC don bénit, convoité par les multinationales, ils ne peuvent pas avoir un bon cœur envers les congolais. Aux congolais de lutter fort pour avoir l'indépendance durable. Ils sont mis dans un sac. Les groupes armés sont devenus le chemin le plus court de voler les richesses congolaises. Chers congolais, oser penser, oser lutter pour reconstruire une RDC beau, une terre bénie. Les congolais ont 95% de rétablissement d'une paix durable en RDC. Les ADF ne sont qu'un montage mais face à un peuple détermine ou un nation unie personne ne peut faire face.

leyuwera
Répondre

Merci Moise ,espérant qu'il y aura bien le changement et la prospérité pour cette nation bénie comme vous le soulignez

Moise
Répondre

la MONUSCO veut d'abord traque les FDLR avant de s'attaque au ADF/NALU cela pour satisfaire LE RWANDA et la communaute international (les recentes declaration de l'envoyee special de USA en sont la preuve), mais pour le gouvernment congolais ADF/NALU represente une grande et serieuse menace pour la population congolaise que le FDLR, ce qui est vrai au vue des derniers attaque de Kamago. entant que citoyen congolais j'aimerais que le represantant des USA et l'ambassadrice de USA au conseil de securite cessent de faire pression sur le gouverment congolais pour traque les FDLR , car le probleme n'est pas qui sera traque avant, le mandat de FIB est clair donc tout les groupes armee y compris les FDLR seront traque quant a l'ordre de le faire il appartient au acteur sur terrain de le determine sur base de la situation actuel sur le terrain, cela etant il est normal que les FARDC attaquent les ADF/NALU apres les recentes attaques de ces derniers contre la population Congolaise, la priorite d'un gouverment n'est pas de satisfaire ces voisins mais d'assure la protection de ces citoyens. quant a Samantha Power et Russ Feingold ils feraient mieux de faire pression sur Kigali et Kampala pour que les criminels qui sont sous la protection de ces deux regimes soyez livre a la justice. Quant au operations en cours le gouverment a une occasion en or pour rassure sa population sur la monte en puissance de son armee surtout apres la mort du colonel Mamadou et les evenements du 30 decembre.
quant a la journaliste Ley Uwera j'apprecie ton professionalisme , je vois des analyses de different journalistes Congolais et etrangers et j'ai remarque qu'il y a les journaliste du pouvoir et ceux de l'opposition alors je me demande si je fais face aux journalistes, fanatiques , partisants, analystes ou activistes....

jacob mbala
Répondre

bonvictoi pour le frdc.

Johng365
Répondre

acquiring equivalent rss snag? Someone who's going to be aware of nice retort. Thnkx edkdbkagdcdk